Sante/medecine

Ramadan : Le jeûne pourrait réduire les risques de coronavirus

Alors que le coronavirus affole l’actualité (près de 72 780 morts), le Docteur Frédéric Saldmann, médecin cardiologue, nutritionniste et chef d’entreprise français,  tente de remettre un peu d’optimisme et de bon sens dans la panique sanitaire générale dans son livre « On n’est jamais mieux soigné que par soi-même » paru chez Plon fin janvier 2020.

 Rappelons-le, actuellement, il n’existe aucun vaccin ni traitement contre le coronavirus, virus qui peut tuer par asphyxie lente due à cette pneumopathie virale. Le coronavirus attaque particulièrement les personnes à faible système immunitaire : personnes âgées, personnes malades et

Le problème est qu’il n’existe à ce jour, aucun médicament permettant d’accroitre l’immunité. Pourtant, l’être humain possède un moyen efficace de faire monter en puissance son système immunitaire. Une méthode que nous avons à portée de mains sans le savoir.

 Et ce, alors que toutes les religions du monde en parlent depuis le début de l’Humanité, que, fort récemment (il y a 3 ans) un prix Nobel japonais de Médecine l’a redécouverte et expliqué, et que, fin décembre 2019, la prestigieuse revue scientifique New England en a mis en évidence l’efficacité. Il s’agit du jeûne séquentiel.« Ce dernier booste nos défenses immunitaires en augmentant l’autophagie qui élimine les cellules malformées, malades ou mortes, génératrices de maladies. L’adopter revient à s’accorder une sorte de purification de l’intérieur, à pratiquer un nettoyage de l’organisme » assure le Dr Saldmann.

 Et le spécialiste de poursuivre : « grâce à lui, les défenses immunitaires montent en puissance, une véritable cure de jouvence du système immunitaire entre en action et aide à remonter le temps. Parallèlement au jeûne, l’hormone de croissance anti-vieillissement grimpe jusqu’à 3000%. Et, surtout, l’inflammation – porte d’entrée des infections virales et de nombreuses autres maladies – chute complètement ».

Ramadan 2020 prévu pour le jeudi 23 Avril

« il n’y pas de preuve que jeûner soit dangereux , il y a de grandes preuves que ce soit bénéfique »

 

 En effet, en 2015, une équipe de l’Université de Californie du sud (USC) font une découverte fort intéressante. Ils affirment avoir trouvé le moyen de contraindre le corps humain à se régénérer.

Ils concluent que Jeûner peut permettre de reconstruire l’ensemble du système immunitaire même chez les personnes âgées ou gravement malades. Ainsi, une proportion inutile de globules blancs seraient détruites pas l’organisme.

Cette découverte peut être particulièrement utile aux malades dont le système immunitaire a été affaibli, par exemple les cancéreux traités par des chimiothérapies.

Selon ces chercheurs, le jeûne a aussi un autre effet positif, il réduit la présence dans le corps de l’enzyme PKA qui est liée au vieillissement et qui augmente les risques de cancer et de croissance des tumeurs malignes.

Jeûner trois jours suffit pour renforcer le système immunitaire qui nous protège de virus.

Même si les musulmans n’ont pas besoin de ce type d’arguments pour appliquer un des piliers de l’Islam, cela fera fermer le claquet aux détracteurs de ce mois béni qui affirment que jeûner nuit gravement à la santé. En trois jours, le jeûne renouvelle totalement le système immunitaire Trois jours de jeûne complet suffiraient à régénérer le système immunitaire en stimulant la moelle osseuse, selon une nouvelle étude américaine.

 Des chercheurs d’une équipe de l’Université de Californie du Sud (Etats-Unis) affirment avoir trouvé le moins de forcer l’organisme à se régénérer : un jeûne de 72 heures. Rapportée par le quotidien anglophone National Post, l’étude montre que le fait de jeûner pendant trois jours complets permettrait de reconstituer l’ensemble du système immunitaire, et ce même chez les personnes âgées ou gravement malades. Alors même que la pratique du jeûne est très décriée chez les médecins, elle contraindrait en fait la moelle osseuse à produire de grandes quantités de globules blancs, les cellules phares du système immunitaire.

 Affaibli par le jeûne, le corps n’a de choix que de renouveler son système de défense. « Et la bonne nouvelle est que le corps se débarrasse des parties du système immunitaire abîmées ou âgées et inefficaces pendant le jeûne », explique Valter Longo, l’un des auteurs de l’étude. Ainsi, « si vous partez d’un système fortement endommagé par une chimiothérapie ou par le vieillissement, les cycles de jeûne peuvent permettre de créer, littéralement, un nouveau système immunitaire. » « Lorsque l’on est affamé, l’organisme tente d’économiser de l’énergie », précise le chercheur, « l’une des choses qu’il peut faire pour cela, c’est de recycler un grand nombre de cellules du système immunitaire qui ne sont pas utiles, notamment celles qui sont endommagées. » Le jeûne serait donc particulièrement recommandé (sous surveillance médicale) chez les personnes atteintes de cancer traitées par chimiothérapie. Leurs cellules immunitaires endommagées par ce traitement pourraient alors être remplacées par des cellules plus fonctionnelles. Par ailleurs, le fait de jeûner régulièrement réduirait la présence d’une enzyme appelée PKA, liée à l’hormone de vieillissement, à l’apparition et à la croissance des tumeurs cancéreuses, selon l’équipe de recherche. Ainsi, s’ « il n’y pas de preuve que jeûner soit dangereux », « il y a de grandes preuves que ce soit bénéfique », conclut Valter Longo. (top santé)

Facebook Comments
Mots clés

Articles Liés

Close